Pour protéger les plus fragiles de la crise sanitaire et sociale actuelle, le Collectif des Associations Unies (CAU), dont la Fapil est membre, demande à Emmanuelle Wargon, Ministre chargée du logement, de tirer impérativement les enseignements du confinement.

Le CAU demande la mise en place de mesures d’urgence :

  1. La mise à l’abri de toutes les personnes aujourd’hui à la rue, par la mobilisation rapide de nouvelles places d’hébergement avec un accompagnement. Le plan hivernal doit être anticipé, et les accueils de jour et de nuit renforcés.
  2. L’organisation de réunions d’urgence dès que possible pour coordonner les actions du secteur de la solidarité avec les services de l’État.
  3. L’anticipation de la trêve hivernale des expulsions locatives, pour qu’aucun ménage ne perde son logement dans ce contexte. Afin d’anticiper les impayés de loyers et une vague d’expulsions, une aide à la quittance doit être mise en place pour les locataires touchés par la crise.
  4. Nous demandons le renforcement des moyens à destinations des foyers de travailleurs migrants, des campements et des bidonvilles.
  5. Des dérogations doivent être fournies aux acteurs de l’urgence sociale : le couvre-feu ne doit pas empêcher les maraudes, l’aide alimentaire, l’assistance aux plus démunis.
  6. Les personnes sans domicile ne doivent pas être verbalisées dans les territoires concernés par le couvre-feu, comme ils ont pu l’être pendant le confinement.