Qui peut passer une journée sereine sans savoir où dormir le soir venu ? Errer dans la rue, trouver in extremis un lit dans un centre d’hébergement d’urgence, aller de foyer en foyer, dormir sous un pont… n’avons-nous rien d’autre à proposer en 2020 ? Il n’y a aucune fatalité à cela mais il n’y a pas de main invisible pour régler les problèmes : le logement n’est pas un bien de consommation comme un autre, uniquement régi par les lois du marché que l’on sait pourtant excluantes. Il nécessite que les pouvoirs publics s’investissent massivement pour le financer et le réguler.

Pour la Fapil, il est urgent de faire du droit au logement un droit effectif pour tous.
La fédération prend position dans une tribune dans Libération, par la voix de son Délégué général, Sébastien Cuny :

> La tribune dans Libération “Vivre sans savoir où dormir”