Le gouvernement lançait il y a un an le plan pauvreté. A l’heure d’un premier bilan, les association du Collectif Alerte, dont la Fapil est membre, déplorent la dégradation des conditions de vie des plus pauvres.

Les causes, selon le Collectif Alerte, sont la baisse des APL et la désindexation des allocations logement et des prestations familiales.

Les associations estiment qu’il n’est pas trop tard pour agir, et militent pour, entres autres :

  • La mesure systématique de l’impact sur les 10% les plus pauvres de toutes les politiques publiques
  • La revalorisation du RSA 
  • Des mesures d’urgence pour le logement 

Pour en savoir plus :