Le Collectif des associations unies (CAU), dont la Fapil est membre, signe une tribune pour alerter le gouvernement sur la persistance du mal-logement et propose des mesures pour atteindre l’objectif “zéro personne à la rue”.

Deux ans après la déclaration du Président de la République, Emmanuel Macron, souhaitant “ne plus avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus”, les 40 associations signataire de cette tribune appellent à la mobilisation de l’Etat, des bailleurs sociaux et des associations, pour éviter que les plus fragiles ne basculent dans l’exclusion.

Le CAU demande de mieux agir en prévention afin d’éviter que les personnes les plus fragiles ne glissent vers la grande exclusion, via la revalorisation des APL, la création d’une garantie universelle des loyers, un moratoire sur les expulsions sans relogement, ainsi qu’un ­accueil inconditionnel à toute personne sans abri en situation de ­détresse.

Ces propositions doivent s’articuler avec une stratégie de production massive de logements à bas loyers.

Le CAU affirme que les centaines de milliers de personnes qui vivent à la rue ou dans des hébergements précaires et les 4 millions de mal-logés ne peuvent plus attendre, ni se satisfaire de simples déclarations.